Evaluation Valeur vénale sur Menton (ALPES MARITIMES)

Valeur vénale à Menton

Qu'est ce qu'une évaluation en valeur vénale ?

Une valeur vénale est une opinion motivée sur la valeur d'un immeuble, pour une fin particulière, à une date donnée.

Pourquoi une évaluation en valeur vénale

Une évaluation en valeur vénale peut être commandé pour :

  • calculer les droits de susccession,
  • préparer une transaction,
  • assurer un bien immobilier en valeur à neuf,
  • calculer la valeur locative,
  • calculer les droits de mutation, taxe foncière sur les propriétés,
  • défendre ses droits en justice, dans le cas d'un divorce

Notre rôle en tant qu'expert indépendant est d'évaluer de maniére indépendante la valeur d'un bien immobilier. Notre connaissance précise du marché de Menton et des communes environnantes Cagnes sur Mer, Nice, Grasse, Antibes, Le Cannet, Cannes, Saint Laurent du Var, ... nous permet de comparer la valeur des biens et d'appliquer des surcôtes et des décotes en fonction de paramétres déterminés (Ex : piscine, surface terrain, proximité commerces,...)

Principales méthodes de valeurs vénales à Menton (ALPES MARITIMES)

On utilise habituellement quatre grands types de méthode d'expertise. En pratique, l'évaluateur utilise simultanément plusieurs méthodes afin d'en recouper les valeurs :

  • Par comparaison
  • Par actualisation des revenus
  • Par estimation du coût de remplacement déprécié
  • Par indexation

Quelques exemples d'évaluations de maisons ou d'appartement sur Menton

Le prix moyen d'une estimation sur Menton est de 590525 € (soit 7064 € / m²) :

  • Pour une maison sur Menton notre estimation moyenne est de 1928358 € (soit 9313 € / m²)
  • Pour un appartement sur Menton notre estimation moyenne est de 369852 € (soit 5849 € / m²)

Sur 113 biens évalués dans nos bases de données au 24/11/2018, 14% sont des maisons contre 86% des appartements. La surface moyenne d'un bien immobilier évalué sur Menton est de 84 m² (en moyenne 63 m² pour un appartement et 207 m² pour une maison).

Le prix du m² des grandes villes du département ALPES MARITIMES

Ville Prix au m² (moyenne) Prix au m² (maison) Prix au m² (appartement)
Nice 6621 € /m² 7758 € /m² 6274 € /m²
Antibes 6570 € /m² 7188 € /m² 6368 € /m²
Cannes 7263 € /m² 7953 € /m² 7016 € /m²
Le Cannet 6871 € /m² 7443 € /m² 6658 € /m²
Grasse 6514 € /m² 6607 € /m² 6462 € /m²
Cagnes sur Mer 6368 € /m² 6384 € /m² 6359 € /m²
Menton 6434 € /m² 6638 € /m² 6313 € /m²
Saint Laurent du Var 6409 € /m² 6598 € /m² 6299 € /m²
Vallauris 6446 € /m² 6547 € /m² 6378 € /m²
Mandelieu la Napoule 6377 € /m² 6425 € /m² 6345 € /m²

Zone d'intervention autour de Menton

Implanté sur Fontan, nous pouvons intervenir sur le tout le département ALPES MARITIMES, pour la réalisation des estimations précisément les communes de Cagnes sur Mer, Grasse, Le Cannet, Saint Laurent du Var, Antibes, Cannes, Nice, ... Menton, Castellar, Roquebrune Cap Martin, Sainte Agnès, Gorbio, Castillon, Beausoleil, Peille, Sospel, La Turbie, Peillon, Cap d Ail, Blausasc, Breil sur Roya, ...

Actu estimation : FCTVA : report possible de la date limite de conclusion de la convention

Le Parlement a adopté, avec l'avis favorable du gouvernement, un amendement reportant au 15 mai, la date butoir jusqu'à laquelle les collectivités territoriales pourront conclure, avec le représentant de l'Etat, les conventions permettant de bénéficier du versement anticipé des attributions au titre du FCTVA (Fonds de compensation de la TVA).Dans le cadre du vote du 2ème projet de loi de finances rectificative pour 2009, le Sénat a adopté l'article 2bis sans modification : le report d'un mois du délai limite devrait ainsi permettre à davantage de collectivités territoriales d'être éligible à ce dispositif, dans l'esprit du plan de relance.Rappel du dispositifL'article premier de la loi de finances rectificative du 4 février 2009 a mis en place un dispositif de versement anticipé aux collectivités territoriales des attributions du Fonds de compensation pour la TVA (FCTVA), pour les collectivités qui s'engageraient, en 2009, à une progression de leurs dépenses réelles d'équipement par rapport à la moyenne des années 2004, 2005, 2006 et 2007. Ces collectivités bénéficieront, en 2009, du versement des attributions du FCTVA au titre des investissements des années 2007 et 2008 puis, à partir de 2010, des attributions correspondant à leurs investissements de l'année précédente. De façon pratique, pour les bénéficiaires du fonds qui s'engagent, après autorisation de leur assemblée délibérante, par convention avec le représentant de l'État dans le département, sur une progression de leurs dépenses réelles d'équipement en 2009 par rapport à la moyenne de leurs dépenses réelles d'équipement de 2004, 2005, 2006 et 2007, les dépenses à prendre en considération sont, à compter de 2009, celles afférentes à l'exercice précédent.Point d'étape de la mise en oeuvre du plan de relanceLe ministre de la Relance, Patrick Devedjian a fait le 24 mars dernier un premier point d'étape de la mise en oeuvre du plan de relance. Parmi les chiffres phares, 1311 conventions FCTVA signées avec 2 régions, 9 départements, et 1138 communes pour un montant total de 3 milliards... Avance de trésorerieToutefois, le FCTVA reste une mesure d'avance de trésorerie. Pour les départements et les communes, l'impact de cette mesure pourrait être fort limité en regard de la baisse des recettes liées aux droits de mutation. En effet, selon les estimations de la banque Dexia, ces recettes qui s'appliquent sur les ventes immobilières vont enregistrer une baisse d'environ 11% cette année. Or les droits de mutation représentent en moyenne 11% des recettes des départements, avec un maximum de 40%, et un mimimum de 2%. Pour les collectivités locales qui ont décidé d'augmenter leurs dépenses d'investissements cette année, gare au retour de bâton ! En savoir plus...
Source : (Elodie Cloâtre avec JB)

>